La première édition de la foire Otaku n’est rien d’autre que la volonté de transmettre en cette fin d’année, de la joie et du bonheur :
A moi qui écris ces lignes, à toi qui les lit, et à cette personne, que tous nous sommes au fond, d’une certaine façon, qui essaient juste au jour le jour de survivre, de retrouver un semblant de paix, de bonheur et de sourire, qu’on soit Otaku ou pas.
Surtout ça je dirai, du bonheur, le vrai cette fois…
Je suis Otaku, le nombre de manga que j’ai lu et vu avoisine au moins un demi millier (que ce fut en version papier, scan, video). Si classement il devrait y avoir, sur une échelle de 1 à 5, je crois bien que je serais au moins grade 4, un vétéran pour ainsi dire… mais là n’est pas la question.
La raison d’être de cette foire n’est aucunement de promouvoir les mangas, loin de là, mais plutôt de promouvoir le bonheur à travers eux, le premier se fera tout seul avec le second.
Pour comprendre l’histoire derrière la foire, il vous faut savoir que je fais partie de la génération d’avant 2000, celle des GAMEBOY et des PSONE…
Ayant une mémoire d’éléphant depuis toujours, je revis souvent des moments de mon enfance (Sensations, sentiments, goûts etc.) et Dieu merci les instants douloureux ne me reviennent que rarement.
Je me rappelle assez distinctement de,
Ma première fois d’entendre le champ d’un coq,
La première fois où, j’ai vraiment remarqué la splendeur du coucher de soleil,
Du tout premier jour où j’ai découvert la beauté des champs après les averses, un midi ensoleillé.
Je ne me souviens pas que des premières fois, rassurez-vous…
Je me souviens de chaque personne, qui momentanément ou durablement a joué un rôle dans mon enfance, de même que les lieux, les évènements…
Et je crois bien que ces souvenirs d’enfance redonnent toujours sourire…
Ce dont je me rappelle le plus, c’est de l’atmosphère qui régnait en ces périodes de fin d’année. Une atmosphère de bonheur, d’espérance et de foi, une sorte de magie. Depuis les choses ont bien changés malheureusement, et j’ai l’impression que les enfants ne sourissent plus.
Vous ne serrez peut-être pas d’accord avec moi, et ça ne reste que mon impression après tout.
Mais aujourd’hui j’ai juste le sentiment que cette joie infantile avec son sourire si vrai, si vivant n’existe plus. Comme si les enfants avaient arrêté de rêver. Et au moment où je vous écris, je crois que moi aussi je vais bientôt arrêter de le faire.
Ne l’avez-vous pas remarqué?
  • Que votre meilleur ami ne sourit plus,
  • Que votre femme perd de plus en plus sa joie de vivre,
  • Que votre mère n’a plus qu’un regard gris.
Le ressentez-vous,-vous aussi? Que le cœur de Lomé est à l’agonie.
La génération d’aujourd’hui ne croit plus ni au père noël, en la magie des fêtes de fin d’année, aux miracles qui s’y produisent.
Les gens sont devenus aigris, je ne les reconnais plus, je ne me reconnais plus, je ne reconnais plus ma famille, mes amis, ni ma ville d’ailleurs …
On peut y sentir de l’animosité, une aigreur palpable en chacun de nous. Et pourtant ce n’est qu’une petite ville… J’ai connu mieux, je nous ai connus mieux, une aide d’une main inconnue, des sourires sur nos visages, du bonheur à l’occasion de chaque fête de fin d’année. J’ai connu des enfants plus heureux, je nous ai connus plus heureux.
On me dira que je suis mélancolique, sentimental, c’est peut-être vrai, peut-être pas… Mais si c’est être faible que de désirer voir les gens heureux, alors je veux bien abandonner ma fierté (Qui me tient assez à cœur).
En travaillant sur ce projet de foire, je me suis rendu compte de combien les gens vivaient dans la misère, pas seulement émotionnelle mais aussi financière. Surtout les artistes Togolais. Mon Dieu, c’est dingue, à quel point la créativité dans ce pays n’est pas estimée à sa juste valeur, et c’est impossible que dans de telles circonstances, le cœur de la ville puisse être préservé et battre. Car ceux pouvant entretenir la flamme se retrouvent pris au piège eux même à lutter pour conserver la leur.
Notre équipe n’a pas voulu et ne veut pas entretenir cet état des choses, surtout que la raison d’être de cette foire est de raviver la joie et le bonheur dans le cœur des gens, nous ne pouvions donc qu’offrir nos ticket qu’à 2000 F cfa, même si nous aurions souhaitez faire moins.
Aussi généralement on ne se rend pas compte de ce qui compte vraiment, de ce qui est important,
Passer du temps avec sa famille, ses amis, leur donné de l’écoute et de l’attention, les laisser s’exprimer et faire des expériences.
C’est dur oui, mais passez du temps avec vos enfants, vos proches, faites les sortir, emmenez les voir le monde et ses merveilles, faites les rêver et laissez les rêver grands…
C’est important pour une société, ça permet de garder la flamme de l’espoir allumé pour les générations à venir, et c’est cette opportunité que nous souhaitons créer à travers cette foire.
Je suis né en 90, Ce n’était pas le top mais c’était mieux côté joie… mes amis de l’époque, ne sont plus ceux que j’ai connu, ils vieillissent tous tellement vite. Trop de problèmes dans la tête, trop de choses à gérer.
J’aimerais que pour le temps de cette fin d’année, le temps de cette foire, nous puissions nous retrouver et nous sourire, comme autre fois, comme des enfants, juste des amis qui se retrouvent et qui profitent du moment, sans de vaines tentatives de sauver les apparences, juste le plaisir de l’instant présent.

Je voudrais pour nous, pour cette fin d’année, du bonheur, et de la joie, pour de vrai.

Et la foire Otaku au fond, c’est tout simplement ça; une envie de nous voir heureux…
Mon cadeau de fin de noël,
décompressez…
JE VOUS AIME.

Si vous passez à la foire, si vous voulez me rencontrez: demander d’après ‘Guts’.

SI VOUS NE VOULEZ PAS VENIR A LA FOIRE, SACHEZ QUE NOUS NE VOULIONS PARTAGER AVEC VOUS QU’UN PEU DE PAIX

Le site est en maintenance...Certaines rubriques ne sont pas encore complètes, Revenez dans 2 jour pour tout savoir ou Abonnez vous à notre newsletter Ignorer